Tricothérapie : pourquoi tricoter nous fait du bien ?

Ce n’est pas un secret, j’aime tricoter ! Mais ce loisir a aussi de nombreux avantages, qui aident à le placer dans la colonne « à consommer sans modération »!  J’en ai listé ici quelques unes, bonne lecture 🙂

 

Image may contain: plant, nature and outdoorPhoto Adrien Soreil

1 – Combattre les addictions

Pour ma part, aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours aimé grignoter. Des gateaux, du fromage, du chocolat, des chips.. tout ce qui me passait sous la main finissait invariablement dans mon estomac. J’ai bien essayé de le remplacer par des choses plus ou moins saines : amandes, fruits, barres de céréales, mais j’en avais toujours autant envie, et en quantité !

C’est seulement lorsque je me suis mise au tricot que j’ai perdu cette sensation de manque quand je regardais un film ou une série sans grignoter…Chaque rangée en amène une autre, et il m’est plus agréable de continuer mon ouvrage que de me lever pour me préparer rapidement un petit snack. Occuper nos mains et notre esprit pour combattre une addiction en somme !

2- Faire une pause

Le paradoxe de notre quotidien, c’est que nous sommes rarement prêts à nous lancer dans un marathon, mais nous courrons en per-ma-nence ! Que cela soit au boulot, entre deux sorties mondaines, deux déjeuners avec des amis ou les activités des petits, on n’arrête pas. J’aime être occupée comme cela et avoir une vie remplie. Je prévois des week-end et des vacances des mois à l’avance, et parfois, même les week-ends « repos » sont envahis par des nouvelles choses à voir, à faire, à découvrir.

Mais si je peux faire tout ça, et l’apprécier, c’est parce que je prends une pause tricot quasi-quotidienne. Un moment de paix et de douceur rien qu’à moi, ou je ne réponds à personne, pendant lequel je m’oblige à me déconnecter d’un rythme de vie frénétique qui nous épuise.

 

3- Se relaxer

Dans mon tiroir de bureau, j’ai toujours un petit ouvrage en attente. Il arrive qu’un matinée soit stressante et que l’angoisse monte un peu trop vite à mon goût. Dans ces cas là, j’essaye toujours de m’accorder quelques minutes pour faire un ou deux rangs vite fait. L’effet est radical et immédiat, j’en resors plus apaisée et j’arrive à prendre plus de recul sur les situations conflictuelles.

Le tricot, par la répétitions de gestes presque automatisés, permet de calmer le rythme cardiaque, mais aussi la tension musculaire et la pression artérielle. C’est un moment où l’on peut atteindre le calme  intérieur en quelques minutes, bercé par le mouvement rythmique et régulier des aiguilles.

Image may contain: plant, flower, nature and outdoorPhoto Adrien Soreil

 

4- développer sa confiance en soi

Pour ceux qui, comme moi, travaillent dans l’industrie du service ou de la connaissance, le travail est souvent immatériel, digital et surtout assez changeant. Il est difficile voir impossible de tenir entre nos mains le fruit de notre labeur. Cela ne veut évidemment pas dire qu’il n’a pas de valeur, mais avec des dossiers qui sont retravaillés en continu, le sentiment de tâche bien accomplie me manque parfois.

Le tricot permet de rebooster la confiance en soi, surtout lorsqu’on réalise un ouvrage que l’en pensait infaisable avant! Le fait de pouvoir le porter fièrement ses créations, même les plus simples, n’a d’égal que la joie d’ouvrir un colis de pelotes.

5 – Repérer les personnes ouvertes d’esprit et bienveillantes à garder dans notre entourage

Ce n’est un secret pour personne, même si le tricot redevient à la mode dans la sphère du DIY, cela reste une activité parfois cocasse dans d’autres cercles, souvent vu comme une activité barbante, pour les vieux, et uniquement réservé aux femmes. J’ai constaté qu’en parler faisait office de test. Les personnes qui se moquent directement de mon activité tricot passent à la trappe, alors que ceux qui acceptent la différence comme une richesse plutôt qu’une source de moquerie, restent souvent dans mes contacts. Evidemment, je ne demande pas à tout le monde de s’y intéresser, mais ceux qui n’ont pas le niveau minimum de bienveillance pour éviter les blagues lourdes sont rarement des gens avec qui je m’entends bien.

C’est valable pour tous les hobbies ou activités, qu’elles soient « cocasses » ou non… 😉

 

Je n’ai mentionné ici que 5 raisons, mais il y en a des dizaines ! Par exemple, quelle est la votre ?

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à suivre ma page Facebook (cliquez ici) ou Instagram (Cliquez ici)  😉

12 Comments

  1. Marie Madeleine
    13 octobre 2017 at 14 h 56 min

    Apéro-Tricot, pause du vendredi entre 18 et 21h à Vincennes avec l’association PAUSES

    Reply

  2. patchcath
    17 octobre 2017 at 6 h 15 min

    J’ai toujours tricoté depuis mes 6 ou 7 ans. Un ouvrage (ou plus, bien sûr) est toujours là, à côté de moi. Je crois que je serais orpheline si je rangeais tout ça. C’est le toucher qui m’apaise. 😉

    Reply

  3. Arlette Ferruit
    17 octobre 2017 at 14 h 32 min

    Le tricot me détends et j’adore fabriquer moi meme des ouvrages aux aiguilles

    Reply

  4. LEVEQUE MARYSE
    4 janvier 2018 at 8 h 39 min

    Le tricot a toujours fait partie de ma vie, à l’âge de 12 ans, je me fabriquais déjà mes pulls et maintenant que je suis grand’mère, je tricote pour mes petits enfants (6) . A peine un ouvrage terminé que j’ai en tête le suivant, laine déjà achetée

    Reply

  5. Weber Christiane
    4 janvier 2018 at 9 h 02 min

    Je tricote depuis l’âge de 8 ans et je ne me suis jamais arrêtée et c’est ma passion de plus je vends de la laine donc je suis constamment dans le tricot, c’est ma détente je donne des cours de tricots et c’est très convivial

    Reply

  6. GOUTORBE
    4 janvier 2018 at 9 h 16 min

    Merci pour ce joli article . J’aime tricoter ,tous les jours .j’en commence plusieurs à la fois ,selon l’endroit où, je me trouve .c’est un bon antidepresseur , qui aide aussi parfois à surmonter la douleur de la maladie .Qui permet aussi rassembler dans un petit club, comme chez moi les personnes seules. Un échange qui fait du bien à toutes . Cordialement.

    Reply

  7. dumortier claudine
    4 janvier 2018 at 9 h 54 min

    j aime beaucoups tricoter mais le probleme je me sent terriblement seule ,

    Reply

  8. MAIGROT MARIE-LOU
    4 janvier 2018 at 10 h 29 min

    bonjour
    moi j’ai ouvert un café tricot et nous sommes une dizaines quelle plaisir d’êtres ensemble !!!
    bonne journée

    Reply

  9. Danielle
    4 janvier 2018 at 10 h 49 min

    J’ai commencé a tricoter ver 7 ans ma maman ne tricotais pas mais elle m’a appris les bases. J’avait arrêté suite a une opération de la main. Je m’y suis remis début d’hier je suis dans les layettes et franchement je ne me souvenais pas comme s’était reposant. Bonne journée a toutes

    Reply

  10. Sylvie Cressaut
    4 janvier 2018 at 10 h 51 min

    Le travail fait par nos petites ✋ quel satisfaction et en plus c’est un bon remède contre le stress

    Reply

  11. Martine THERRY
    4 janvier 2018 at 11 h 24 min

    Bonjour a toutes
    J ai 60 ans et je tricote depuis l age de mes 12 ans
    Je tricote des bonnets,des écharpes
    Et même j essaie de les vendrent
    Pour moi tricoter me détend
    Je tricote même devant la télé
    Bonnes journées à toutes

    Reply

  12. Bays Béatrice
    5 janvier 2018 at 10 h 59 min

    Bonjour à toutes et tous
    Merci pour ce message qui résume exactement ce que je ressens
    J ai repris le tricot pour accompagner mon mari aux séances de chimio
    Je continue et ai 8 projets à réaliser
    Je ne fais rien pour moi mais pour les miens et savoir qu’ ils vont aimer me remplit de joie
    Bonne année à vous
    Mamy Béa

    Reply

Leave a Reply